[TEST] Pathfinder Kingmaker – Definitive Edition

Pathfinder Kingmaker est le premier CRPG* solo dans le style d’un jeu de rôle de type D&D**.

Il rappelle les mécaniques de gameplay des jeux de plateau et embarque le joueur dans une aventure axée sur l’histoire. 

Découvrez le riche univers de Pathfinder en tant que nouveau venu ou explorez des lieux célèbres et familiers à tout fan de la saga original. 

Parcourez les légendaires terres volées et rencontrez des personnages emblématiques, prêts à vous accompagner dans votre périple ardu.

Rassemblez l’équipe parfaite, plongez dans une grande variété de donjons, et battez certaines des créatures les plus mortelles que ce monde est jamais connu. Voyez comment vos décisions affectent l’environnement et les gens qui l’habitent.

Établissez votre royaume pour apporter la paix, l’espérance et la prospérité à la terre ou prenez tout pour vous et emmenez-le dans les ténèbres. Le choix vous appartient !

*CRPG : « Computer Role-Playing Game »
**D&D : « Donjons et Dragons »


Synopsis

Pathfinder : Kingmaker – Definitive edition est l’ultime expérience du RPG solo basé sur la célèbre série Pathfinder. Avec votre groupe, partez explorer et conquérir les terres volées de Golarion, un monde riche en histoires, en mystères et en conflits, avec au choix des combats en temps réel ou au tour par tour.


La Definitive Edition comprend le jeu de base, de nouvelles fonctionnalités ainsi que 6 DLC.

  • Liste des DLC
    • The Wildcards
    • Varnhold’s Lot
    • Beneath The Stolen Lands
    • Bloody Mess
    • Arcane Unleashed
    • Royal Ascension

Un bref historique…

À l’origine, Pathfinder Roleplaying Game (Pathfinder RPG) publié par Paizo publishing est un jeu de rôles sur table.
Il se fonde sur les règles de Donjons et Dragons édition 3.5 qu’il enrichit et améliore.

Avant de devenir un jeu de rôles à part entière, Pathfinder était une gamme de campagnes destinées à être utilisées avec D&D 3.5 mais se déroulant dans un monde distinct, Golarion.
Avec l’épanouissement de celui-ci, Golarion est devenu le monde de base du titre.

Les campagnes sont publiées en série de six ouvrages, accompagnées d’un livret de présentation destiné aux joueurs.
D’autres manuels complémentaires ont également été publiés afin d’enrichir l’expérience et/ou le monde de Golarion au travers soit de scénarios indépendants ou des guides régionaux, …


Pathfinder Kingmaker dans tout ça

Ne connaissant pas du tout la franchise des Pathfinder, on ressens que Paizo et Owlcat on fait un énorme travail afin de faire connaitre ou reconnaître ce style au plus grand nombre.
Les non initiés tout comme les fans de la saga y trouveront leurs comptes.

Que ce soit sur le choix de la difficultés aux nombres de 7, Personnalisé, Histoire, Facile, Normal, Défi, Difficile et Injuste.

Comme pour la création du personnage avec 6 choix de départ.

Nouveau Héro

créer un nouveau personnage de toutes pièces ou l’on choisis sa race, sa classe, son sexe et son alignement ou on personnalise son apparence et ou l’on peaufine ses capacités, ses compétences et ses dons.


Guerrier

Hedwirg le Résolu est un guerrier humain particulièrement redoutable avec son fléau. Il sait également utiliser son bouclier pour se défendre et attaquer. Mercenaire d’expérience, il ne rejoint jamais une cause qu’il juge ignoble, même si on lui offre un pont d’or. Il surplombe le champ de bataille telle une montagne, protégeant ses camarades de toutes ses forces.


Paladin

Melaku le Délivreur est un paladin humain d’Iomédae, la déesse de la justice. Son épée à deux mains est une arme terrifiante et, grâce à la bénédiction de sa maîtresse divine, Melaku est l’incarnation du juste châtiment réservé aux malfaisants. Ayant vu des ses propres yeux tout le mal qu’il y avait en ce monde, il a juré de ne jamais déposer les armes tant qu’il y aurait des innocents à sauver et des scélérats à punir.


Rôdeuse

Vyleen l’Audacieuse est une rôdeuse elfe, une enfant des bois qui affirme fièrement pouvoir planter une flèche dans l’œil d’un écureuil à cent pas. Elle préfère chasser plutôt que de se battre et répugne à déclencher les hostilités. Pour autant, quiconque la menace, elle ou ses amis, finit souvent mort avant même de s’être rendu compte que le combat avait débuté.


Ensorceleur

Gimar le Brillant est un ensorceleur humain ayant du sang de dragon dans les veines. Enfant, déjà, il savait qu’un avenir radieux l’attendait. Expert en évocation et en magie du feu, il préfère se battre à distance, afin d’éviter de se salir avec les cendres de ses ennemis. Quand la situation s’assombrit, Gimar a un véritable don pour rendre l’ambiance plus… chaleureuse en faisant surgir des flammes de ses doigts.


Prêtresse

Yadmila la Clémente est une prêtresse halfeline de Sarenrae, la déesse du soleil. Ses prières soignent ses alliés et les aident au combat. Au milieu des guerres, épidémies et autres calamités, Yadmila paraît tel un ange gardien, guérissant les blessures et chassant la douleur. Elle ne ménage pas ses efforts pour permettre à la lumière de sa déesse d’éclairer les recoins les plus ténébreux de ce monde.

Ainsi que d’autres choix pour le résultat final de votre personnage

Nous voilà fin prêt pour arpenter les contrées sauvages de Golarion.
Comme vous pouvez le voir, j’ai choisi Vyleen, la rôdeuse elfique, j’ai toujours eu un penchant pour les classes de ce type, que ce soit dans WOW avec le chasseur ou dans Aion avec l’éclaireur qui devient un rôdeur au niveau 10.


Scénario

Le jeu se base sur les six modules composant la campagne Pathfinder Adventure Path publié en 2010.
Il se situe dans les Terres Volées, présentes dans la région des Royaumes Fluviaux au sud du Brévoy.

On y suit le joueur pendant que celui-ci développe sa propre seigneurie dans les terres sauvages. Le jeu suit le module de JDR correspondant, sorti sous le nom de « Kingmaker ».

L’histoire commence lorsque le héros et d’autres aventuriers / aventurières se voient proposer par des seigneurs locaux (les Seigneurs des épées Aldori), la possibilité de diriger leurs propres baronnies, s’ils se montrent capables de vaincre les brigands qui contrôlent cette partie du pays et surtout de vaincre leur chef, le Seigneur Cerf.

En plus du prélude qui consiste à gérer son royaume, cette ouverture amène le joueur dans un monde d’aventures, de mystères et d’intrigue politique.

Quelques aventuriers et aventurières


Système de jeu

Pathfinder Kingmaker se base sur le JDR Pathfinder et s’inspire des classiques du genre sur ordinateur. Il dispose d’un système de combat en temps réel avec pause ou d’un mode de combat au tour par tour.

L’une des spécificités du titre repose sur la gestion et le développement de son propre royaume, les décisions prises en tant que seigneur affecteront le gameplay.

Il se concentre aussi sur la personnalisation du Héros, notamment via l’alignement, qui change en fonction du choix de celui-ci, ils sont au nombre de huit : Loyal Bon, Neutre Bon, Chaotique Bon, Loyal Neutre, Neutre, Chaotique Neutre, Loyal Mauvais, Neutre Mauvais et Chaotique Mauvais.

Même si le joueur commence l’aventure en ne contrôlant que son personnage, ce dernier repose sur une gestion d’équipe, incluant des compagnons se joignant au joueur au cours de l’histoire.

On peut alors contrôler chaque personnage individuellement ou choisir que ceux-ci se déplacent ensemble. Concernant l’équipement, il se gère aussi de façon individuelle. Il faut donc être vigilant sur le loot à ramasser au cours de l’aventure.

Il faut être judicieux dans ses choix car il y as une notion de charge, ou toutes choses qui finis dans l’inventaire viennent agrandir la barre de poids et de ce fait, rendre les déplacements plus lents.


Verdict

Après avoir testé Pathfinder Kingmaker, j’apprécie l’écriture et la richesse des quêtes ainsi que l’univers du jeu.
La rencontre au fil de l’aventure avec les multiples PNJ*, de parler avec eux afin de découvrir leurs histoires ainsi que leurs mésaventures et un réel plaisir qui me plonge dans l’univers du monde de Golarion.

Les fans de la version JDR de table seront ravis de constater que le lore est riche. La complexité de l’outil de création de personnages en fait un élément apprécié, on se rappellera les longs moments de création de nos héros pour les JDR de table.

Le titre n’en reste pas moins un JDR, et de mon point de vue, je pense que pour profiter pleinement de la richesse de Pathfinder Kingmaker, il faut avoir quelques notions de bases afin de ne pas être trop perdue ou pouvoir consacrer un temps de jeu et d’apprentissage pour percer les arcanes de celui-ci.

Note : 4 sur 5.

Vidéo découverte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :